Vers une gouvernance réinventée

Pourquoi revoir la Charte et les statuts ?

Parce que la Charte de l’Université de Montréal aura 50 ans en 2017 et que l’UdeM est l’une des rares universités à charte québécoises à ne pas avoir amendé sa charte depuis la Révolution tranquille.

Parce que la charte de 1967, si elle reconnaît la liberté universitaire, est silencieuse sur l’autonomie académique et sur le caractère francophone de l’UdeM.

Parce que la charte de 1967 ne dit rien de la recherche, qui représente aujourd’hui près de 50 % de nos activités.

Parce que notre communauté s’est transformée depuis 50 ans : nos étudiants sont sept fois plus nombreux et d’origines nettement plus diversifiées, la composition du corps professoral et du personnel de soutien a aussi changé considérablement.

Parce que la charte de 1967 ne fait pas suffisamment de place à nos diplômés dans le fonctionnement de nos instances ni aux différents groupes d’employés, qui se sont multipliés au cours du dernier demi-siècle.

Parce que le cadre législatif québécois a beaucoup évolué depuis les années 60 et que notre charte n’est pas adaptée aux nouvelles lois (du travail, des organismes publics, des droits de la personne, etc.).

Parce que, étant donné le rôle du Conseil de l’Université dans certains volets de l’activité universitaire (adoption du budget, respect des lois, etc.), il est important de réaffirmer la responsabilité de ses membres sur ces questions.

Parce qu’il est essentiel de clarifier le rôle central de l’Assemblée universitaire quant aux questions liées à l’enseignement et à la recherche, et celui du Conseil relativement aux questions de nature administrative.

Parce que certaines incongruités doivent être corrigées, comme la nomination de deux membres du Conseil de l’Université par l’archevêque de Montréal.

Pourquoi maintenant ?

Parce que, au cours de la consultation menée à l’hiver 2016, de nombreux membres de la communauté ont réclamé un allègement de nos structures de gouvernance, allègement qui passe par une réforme de la Charte et des statuts.

Parce que l’Université a grandement changé depuis un demi-siècle et que l’application d’une charte inadaptée au 21e siècle s’accompagne de chevauchements et de redondances dans nos processus qui constituent autant de freins à notre développement.

Parce que la réflexion sur la gouvernance universitaire n’est pas propre à l’UdeM et s’inscrit dans une tendance généralisée d’examen de l’efficience et des pratiques en matière de gouvernance dans le monde universitaire.

Parce que la direction de l’Université veut donner au prochain recteur toute la souplesse institutionnelle nécessaire pour faire avancer l’UdeM.

Évolution de la charte