Passer au contenu

Université de Montréal

Menu RechercherLiens rapidesConnexionEnglish

L'Université de Montréal et du monde

L'Université de Montréal
et d’un regard vraiment neuf sur les cultures autochtones

Anne Marchand

Le projet Tapiskwan agit comme gardien du précieux patrimoine de la communauté Atikamekw. Il valorise la culture, le design et l’esprit entrepreneurial des Atikamekw. C’est la créativité qui sert de toile de fond à cette collaboration entre l’équipe d’Anne Marchand et des membres de la nation Atikamekw.

Pour les jeunes de la communauté, il est essentiel de comprendre la signification et l’origine des symboles utilisés dans l’artisanat atikamekw, et de pouvoir les inscrire dans leur identité future : les jeunes sont intéressés à regarder derrière eux, surtout si cela peut servir à faire un bond en avant.

Ce projet interdisciplinaire permet de documenter un patrimoine jusqu’ici transmis de façon orale, en plus d’initier la nouvelle génération au design, à la sérigraphie ou à d’autres techniques d’expression pour créer des produits identitaires contemporains. Un autre des objectifs du projet est d’intégrer de nouveaux matériaux à des pratiques artisanales fragilisées par la rareté grandissante des matières premières. Composée de partenaires autochtones et allochtones, l’équipe du projet Tapiskwan développe par ailleurs un modèle entrepreneurial original pour un peuple ouvert à l’innovation.

Anne Marchand est vice-doyenne à la recherche et professeure à la Faculté d’aménagement de l’Université de Montréal. Elle travaille depuis 2011 avec le Conseil de la Nation Atikamekw en utilisant le design comme moyen de réappropriation de la culture par cette communauté autochtone, qui fait partie des dix Premières Nations du Québec.