Formulation des questions de sondage

Les valeurs estimées par la modélisation et qui sont représentées par les cartes proviennent des réponses du public aux questions suivantes. La plupart des questions à choix multiple ont été transformées en questions dichotomiques aux fins de représentation graphique. Par exemple, nous avons combiné les réponses à une question sur la perception de l’existence du réchauffement climatique et les réponses à une question subséquente (seulement pour les répondants qui croient à l’existence du réchauffement climatique) sur la perception des causes principales du réchauffement climatique. Nous avons ainsi pu évaluer le pourcentage de Canadiens qui croient à la fois que les changements climatiques existent et qu’ils sont causés par l’activité humaine. Nous avons attribué aux catégories de réponses ci-dessous un code de couleur pour illustrer comment elles ont été réunies et traduites en nouvelles variables, celles qui sont représentées sur les cartes.

Les répondants qui ont choisi « Ne sais pas » ou qui n’ont pas donné de réponse à la question n’ont pas été exclus de l’analyse. Ils sont désignés par les segments gris dans les diagrammes à barres.

Questions posées:

La planète se réchauffe
« D’après ce que vous avez lu et entendu, existe-t-il des preuves solides que la température moyenne de la planète s’est réchauffée au cours des quatre dernières décennies? »

  • Oui
  • Non
  • Ne sais pas

La planète se réchauffe en partie ou surtout en raison de l’activité humaine
« Est-ce que la planète se réchauffe principalement à cause de l’activité humaine, comme l’utilisation de combustibles fossiles, ou surtout en raison de tendances naturelles dans l’environnement? »

  • Surtout à cause de l’activité humaine
  • Surtout en raison de tendances naturelles
  • Une combinaison des deux
  • Ne sait pas

Les changements climatiques vous nuiront personnellement
« Selon vous, à quel point les changements climatiques vous nuiront-ils personnellement? »

  • Grandement
  • Moyenement
  • Un peu
  • Pas du tout
  • Ne sait pas

Quand les changements climatiques commenceront-ils à nuire aux habitants du Canada?
« Selon vous, quand les changements climatiques commenceront-ils à nuire aux habitants du Canada? »

  • Les changements climatiques nuisent déjà aux habitants du Canada
  • Dans 10 ans
  • Dans 25 ans
  • Dans 50 ans
  • Dans 100 ans
  • Jamais
  • Ne sait pas

Ma province subit déjà les effets négatifs des changements climatiques
Maintenant, pour chaque énoncé que je vous lis, veuillez indiquer si vous êtes fortement en accord, plutôt en accord, plutôt en désaccord ou fortement en désaccord.

« Ma province subit déjà les effets négatifs des changements climatiques. »

  • Les changements climatiques nuisent déjà aux habitants du Canada
  • Fortement en accord
  • Plutôt en accord
  • Plutôt en désaccord
  • Fortement en désaccord
  • Ne sait pas

Au lieu d’essayer d’empêcher les changements climatiques, nous devrions concentrer nos efforts sur notre adaptation à ces changements
Maintenant, pour chaque énoncé que je vous lis, veuillez indiquer si vous êtes fortement en accord, plutôt en accord, plutôt en désaccord ou fortement en désaccord.

« Au lieu d’essayer d’empêcher que les changements climatiques se produisent, nous devrions concentrer nos efforts sur notre adaptation à un climat plus chaud. »

  • Fortement en accord
  • Plutôt en accord
  • Plutôt en désaccord
  • Fortement en désaccord
  • Ne sait pas

Appui

Appui à un marché du carbone

Il existe un système dit de plafonnement et d’échange par lequel le gouvernement délivre un certain nombre de permis qui limitent la quantité d’émissions de gaz à effet de serre pour l’ensemble du secteur industriel. Si une entreprise dépasse sa limite, elle devra acheter des permis additionnels aux compagnies qui ont des permis excédentaires. Inversement, les entreprises qui n’utilisent pas tous leurs permis peuvent les vendre. Ce système encourage les compagnies à mettre en œuvre des programmes de réduction des émissions lorsque cela est moins onéreux que l’achat de permis.

« Êtes-vous fortement favorable, plutôt favorable, plutôt défavorable ou fortement défavorable à ce type de système? »

  • Fortement favorable
  • Plutôt favorable
  • Plutôt défavorable
  • Fortement défavorable
  • Ne sait pas

Appui à l’augmentation des taxes sur les combustibles fossiles

Une autre manière de réduire les émissions de gaz à effet de serre consiste à augmenter les taxes sur les carburants à base de carbone, comme le charbon, le pétrole, l’essence et le gaz naturel.

« Êtes-vous fortement favorable, plutôt favorable, plutôt défavorable ou fortement défavorable à ce type de système? »

  • Fortement favorable
  • Plutôt favorable
  • Plutôt défavorable
  • Fortement défavorable
  • Ne sait pas

Méthodes

Nous offrons sur ce site Web une estimation statistique des perceptions et des préférences des Canadiens quant aux politiques en matière de changements climatiques aux échelons des provinces et des circonscriptions fédérales. Ces données inédites décrivent l'état de l'opinion publique avec une grande précision. Elles pourront être utilisées pour aider à la prise de décision, élaborer les politiques publiques et contribuer à l'enseignement.

Les valeurs estimées sont dérivées d'un modèle statistique qui opère une régression multiniveau avec poststratification (MRP) sur une base de données nationale (n > 9000), en combinant les paramètres sociodémographiques et géographiques de la population canadienne.

La modélisation est une technique validée, comme l’ont démontré Howe et ses collaborateurs (2015) dans leur approximation de l'opinion publique américaine à l'échelle locale. Pour plus d'informations, consultez cet article scientifique :

Howe, P., Mildenberger, M., Marlon, J.R., and Leiserowitz, A., (2015) “Geographic variation in opinions on climate change at state and local scales in the USA,” Nature Climate Change. DOI: 10.1038/nclimate2583.

Les valeurs estimées pour les États-Unis ont été validées par trois méthodes. Premièrement, des analyses de validation croisée de la base de données ont été réalisées. Pour cela, la base de données est divisée en deux groupes de répondants : l’un est utilisé pour la modélisation et l'autre sert de groupe témoin. Les résultats du modèle sont ensuite comparés avec ceux obtenus par les répondants du groupe témoin pour quantifier le pourcentage de bonnes réponses prédit par le modèle. Ces tests de validation croisée ont été répétés en employant des échantillons de différentes tailles et en séparant les données de différentes manières. Deuxièmement, les valeurs estimées à partir des données complètes ont été comparées avec les résultats d'enquêtes indépendantes, conduites au moyen d’échantillons représentatifs, aux échelles des États et des villes. Troisièmement, certaines valeurs ont été comparées avec des données de sondage recueillies par d'autres chercheurs au cours d'années précédentes.

La modélisation doit également être validée pour son application canadienne. Pour ce faire, nous adaptons la technique de validation croisée élaborée pour les États-Unis. Pour plus de détails, veuillez consulter cette communication :

Mildenberger, M., Howe, P.D., Lachapelle, E., Stokes, L.C., Marlon, J., and Gravelle, T. “The distribution of climate change public opinion in Canada.” PLoS ONE 11(8) eo159774. Disponible ici