Passer au contenu

Université de Montréal

Projet SEUR

Depuis près de 20 ans, des étudiants, chargés de cours, professeurs et employés de l'Université de Montréal accueillent des jeunes du secondaire et du collégial pour démystifier les études universitaires et mieux faire connaître la culture scientifique. Deux mots les guident : persévérance scolaire.  

Origine

C’est Louis Dumont, professeur honoraire du Département de pharmacologie et physiologie, qui a donné naissance au Projet SEUR. Au début des années 90, il a l’idée d’inviter son fils et ses amis au département. Des collègues lui emboîtent le pas et des jeunes du secondaire se familiarisent ainsi avec la « bibitte universitaire ». L’UdeM épouse officiellement la cause de sorte qu’à l’été 2001 un premier séjour d’immersion (camp de jour) accueille des élèves de 3e, 4e et 5e secondaire à risque de décrochage. C’était parti! 

Projet

Toutes les activités du Projet SEUR (Projet de sensibilisation aux études, à l’université et à la recherche) visent à encourager la persévérance scolaire en faisant découvrir aux jeunes les différents programmes de l’UdeM. Le Projet SEUR offre notamment une formule de mentorat qui permet à un jeune ayant besoin d’encouragement d’être jumelé à un étudiant ou une étudiante du campus tout au long de l’année scolaire.  

Apprentissage

Si le Projet SEUR fonctionne si bien, c’est grâce aux centaines de bénévoles qui contribuent chaque année à la bonne marche des activités proposées. Ces bénévoles, surtout des étudiants, ont ainsi l’occasion d’acquérir plusieurs habiletés, dont celle de bien communiquer avec les jeunes.  

« Nous créons une petite étincelle. Nous travaillons à l’égalité des chances et cet engagement est tangible dans toute l’Université. Nous savons que des destins peuvent changer et que des carrières qu’on n’osait pas envisager deviennent possibles », résume Stéphanie Lebœuf, coordonnatrice du Projet SEUR. 

En chiffres

2550

Chaque année, grâce à l’une ou l’autre de ses activités, dont des conférences et des ateliers, le Projet SEUR rallie 2550 jeunes.  

400

Quelque 400 bénévoles ‒ professeurs, chargés de cours et étudiants ‒ voient à l’organisation et au bon déroulement des activités offertes.

8

Ses huit volets : séjours d’immersion, 1000 Sciences, Accès médecine, Cap sur l’Université, Découvertes, Douance, Persévérance scolaire et Sciences santé. Des ateliers en sciences humaines ont aussi vu le jour l’an dernier.

Parties prenantes

Portée

Les élèves de 17 écoles secondaires et de 4 cégeps participent à l’un des volets du Projet SEUR. Ces établissements sont disséminés principalement sur l’île de Montréal, de Verdun à Saint-Léonard et de Dorval à l’arrondissement de Ville-Marie. S’y ajoutent une vingtaine d’autres où se tiennent des conférences ou dont les élèves font une visite à l’Université.