Passer au contenu

Université de Montréal

Menu Rechercher

L'Université de Montréal et du monde

L'Université de Montréal
et d’une bien meilleure survie des bébés prématurés

Jean-Claude Lavoie

Le Dr Jean-Claude Lavoie et son équipe ont découvert qu’en privant de lumière la nourriture des bébés prématurés de sa fabrication à son administration, le nombre de décès des nouveau-nés parmi les plus vulnérables diminuait de moitié.

La méthode actuelle de nutrition par intraveineuse des bébés nés avant 32 semaines favorise la formation de molécules oxydantes contre lesquelles les prématurés arrivent mal à se défendre. La phytoprotection de la nourriture, c’est le nom du procédé, réduit de moitié la production de ces oxydants.

Cette découverte inédite permettra de limiter les conséquences d’une naissance prématurée sur la santé des nouveaux-nés et offrira à l’enfant qui grandit une vie normale, semblable à celle d’un nourrisson né à terme, même plusieurs années plus tard.

Dès que les laboratoires pharmaceutiques auront conçu et produit le matériel nécessaire − la photoprotection demande un équipement ultraspécialisé − la pratique se répandra bien au-delà du CHU Sainte-Justine. Cette découverte très importante en néonatalogie pourra ainsi bénéficier au plus grand nombre de familles possible, à Montréal, au Québec et dans le monde.

Le Dr Jean-Claude Lavoie est chercheur au CHU Sainte-Justine et professeur agrégé aux Départements de nutrition et de pédiatrie de l’Université de Montréal. C’est par l’analyse de quatre études différentes portant sur l’administration de la nourriture dans les services de néonatalogie, que son équipe et lui sont arrivés à leurs conclusions.