Passer au contenu

Université de Montréal

Programme de jumelage linguistique pour étudiants-chercheurs

Des étudiants étrangers inscrits à la maîtrise ou au doctorat à l’Université et parlant peu la langue de Molière l’apprennent grâce à un jumelage linguistique. L’étudiant mentor ou l’étudiante mentore s’appuie sur Francium, un matériel pédagogique simple et astucieux conçu pour les interactions au quotidien. 

Origine

En 2016, l’Université de Montréal et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain ont mis sur pied un projet réunissant des étudiants mentors et des commerçants qui connaissent peu le français. Devant le formidable succès de l’expérience, la directrice du Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie, Monique Cormier, a l’idée d’instaurer un jumelage sur le campus même pour soutenir les étudiants des cycles supérieurs qui ont des difficultés à s’exprimer en français. Le projet pilote est lancé à l’automne 2017. 

Projet

Ce programme de jumelage linguistique permet à de jeunes chercheurs d’interagir en français à l’Université, autant dans la vie de tous les jours (prendre rendez-vous dans une clinique par exemple) que dans les laboratoires (parler de sa recherche en termes généraux). Francium est disponible en ligne gratuitement et accessible aux autres établissements d’enseignement. 

Apprentissage

Les étudiants mentors, souvent issus de champs d’études liés à la langue comme l’enseignement du français langue seconde, la traduction ou les littératures de langue française, ont la chance d’aller à la rencontre d’autres cultures et ainsi de découvrir des parcours de vie fascinants. Ils se disent heureux de contribuer à briser l’isolement dans lequel la méconnaissance d’une langue confine un individu. 

« La société a beaucoup changé et les personnes participantes ne sont pas nécessairement prêtes à passer trois heures dans une salle de cours pour apprendre le français. J’essaie de trouver de nouvelles pistes. Et je suis comblée, puisque l’Université me donne carte blanche », souligne Mme Cormier.  

En images

En chiffres

20

Depuis sa mise en place, chaque automne,  jeunes chercheurs de l’Université, originaires d’une dizaine de pays, sont jumelés à des étudiants mentors.

40

Les rencontres entre étudiants et mentors ont lieu toutes les semaines et durent deux heures. La formation s’échelonne sur deux sessions, portant ainsi à 40 le nombre d’heures d’enseignement. 

5 à 7

Outre les ateliers de conversation, la cohorte de 2018-2019 a beaucoup aimé les activités de groupe également offertes, comme les « 5 à 7 » de vulgarisation scientifique.